Sexo Psycho
Priligy, un médicament efficace contre l’éjaculation précoce ?

Priligy, un médicament efficace contre l’éjaculation précoce ?

L’éjaculation précoce ou prématurée est un trouble sexuel très fréquent, qui se manifeste par une éjaculation trop rapide et involontaire après la pénétration vaginale. Le temps d’éjaculation après la pénétration n’est pas bien défini, mais un délai inférieur à deux minutes est suffisant pour considérer l’éjaculation comme précoce.

Quelles sont les causes de l’éjaculation précoce ?

L’éjaculation précoce peut être primaire ou secondaire, organique ou psychologique : elle est primaire si elle existe depuis le premier rapport sexuel, et secondaire si elle survient après une période de fonctionnement sexuel normal et satisfaisant. Les causes organiques (purement médicales) sont essentiellement les infections urinaires comme la prostatite, les dysthyroidies et l’insuffisance érectile. Les causes d’ordre psychologique sont les plus fréquentes : le stress, l’anxiété et les chocs émotionnels. Dans certains cas, la sur-stimulation par l’habillement et les expressions corporelles du partenaire peut rendre l’éjaculation plus précoce.

En cas d’éjaculation précoce d’origine médicale, il faut consulter un médecin pour traiter la cause avec la thérapie adaptée. Par contre, si la cause est psychologique, ce qui est très fréquent, une seule molécule est permise dans le traitement de l’éjaculation précoce : la «Dapoxétine», commercialisée sous le nom de PRILIGY.

C’est quoi le «PRILIGY» ?

PRILIGY est un médicament qui contient la «Dapoxétine». Comme expliqué sur le site ejaculermoinsvite.com, il s’agit un antidépresseur qui appartient à la famille des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine. Ce médicament est utilisé dans le traitement de l’éjaculation précoce chez l’homme entre 18 et 65 ans et permet d’allonger voire tripler le délai d’éjaculation après la pénétration. Par ailleurs, il n’a pas d’effets antidépressifs.

Quelles sont les indications de «PRILIGY» ?

Il est fortement recommandé en cas d’éjaculation intra vaginale rapide (< 2 minutes) de façon permanente et qui survient avec une stimulation sexuelle minimale avant, pendant ou peu de temps après la pénétration et avant que le patient ne le souhaite. Il est également prescrit en cas de mauvais contrôle de l’éjaculation. Il ne doit pas être prescrit pour retarder l’éjaculation chez les hommes qui ont un temps d’éjaculation normal.

Comment prendre «PRILIGY» et quelle est la dose recommandée ?

Il est en vente en pharmacie uniquement sur ordonnance sous forme de comprimés : boites de 3 et de 6 comprimés dosés à 30 mg et 60 mg. La dose conseillée est d’un comprimé de 30 mg par jour 2 heures avant le rapport sexuel. La prise ne doit pas être quotidienne, mais seulement en cas de besoin. Le comprimé doit être avalé avec un grand verre d’eau pour éviter son goût amer.

La dose peut être augmentée de 30 mg à 60 mg sauf en cas d’hypotension orthostatique (chute de la tension artérielle en se levant du lit). En cas d’hypotension orthostatique, il faut s’allonger quelques minutes en relevant les jambes puis se lever doucement.

Quelles sont les contre-indications du médicament ?

PRILIGY présente les contre-indications suivantes :

  • Il ne doit pas être utilisé en cas de troubles cardiaques : en cas d’insuffisance cardiaque, antécédent d’infarctus de myocarde ou angine de poitrine et quelques troubles de rythme comme le bloc auriculo-ventriculaire ;
  • En cas de troubles bipolaires, de schizophrénie et de dépression ;
  • En cas d’insuffisance hépatique grave ;
  • En association avec certains types d’antidépresseurs comme les inhibiteurs de la monoamine oxydase «IMAO»  ;
  • En association avec certains antifongique «Kétoconazol» et certains antibiotiques  ;
  • En association avec des antimigraineux de la famille des «triptans».

Quels sont ses effets secondaires ?

Parmi les effets secondaires de ce médicament, on note :

  • Vertiges, maux de tête, parfois des insomnies ;
  • Tremblement des extrémités ;
  • Bourdonnements d’oreilles avec troubles de vision ;
  • Bouffées de chaleur ;
  • Troubles du transit intestinal : vomissements, diarrhée ou constipation ;
  • Démangeaisons et sècheresse buccale ;
  • Parfois une syncope (perte de conscience de quelques secondes) dans les heures qui suivent la prise de ce médicament.

Existe-il d’autres moyens efficaces contre l’éjaculation précoce ?

Il existe d’autres méthodes thérapeutiques qui peuvent être très utiles en cas d’éjaculation précoce :

  • La sexothérapie : la visite chez le sexologue est recommandée, il peut diagnostiquer l’origine du trouble et organiser des séances de thérapie pour l’homme, voire même une thérapie de couple si un problème de couple existe ;
  • L’utilisation d’un préservatif diminue la sensibilité de la verge et retarde l’éjaculation ;
  • L’application d’un anesthésique local (lidocaïne) sur la verge retarde l’éjaculation ;
  • La rééducation avec des exercices qui visent à normaliser le niveau d’excitation, plusieurs types d’exercices semblent bénéfiques comme s’entrainer à relâcher les muscles pelviens et les adducteurs des cuisses pendant le rapport sexuel. La méthode de «stop and go» qui consiste à arrêter tous les mouvements quand l’excitation est maximale. Après que le niveau d’excitation baisse, le patient reprend ses mouvements ;
  • Faire des séances de relaxation contre le stress comme le yoga ;
  • Selon des études récentes, la circoncision aide à mieux contrôler l’éjaculation et prévenir les infections urinaires.

En conclusion, l’éjaculation précoce reste un trouble sexuel fréquent qui nécessite une prise en charge adaptée à son origine. PRILIGY est le seul médicament utilisé dans le traitement de l’éjaculation prématurée, il donne de très bons résultats et permet d’allonger le temps d’éjaculation afin d’assurer un fonctionnement sexuel satisfaisant. Par ailleurs, certaines thérapies comme la sexothérapie et la rééducation peuvent renforcer l’effet de la «Dapoxétine» et par conséquence offrir une meilleure vie sexuelle.

Related Posts

Comments are closed.