Infos pratiques
Trouver une aide auditive : où et comment s’y prendre ?

Trouver une aide auditive : où et comment s’y prendre ?

Les troubles de l’audition apparaissent avec l’âge, pathologie de l’oreille ou à la suite d’expositions répétées à des vibrations intenses (supérieures à 80 dB), endommageant la transmission des sons. Ils peuvent aussi être innés, à la suite de malformations congénitales. Quelle qu’en soit la cause, ils réduisent la qualité de vie de l’individu, nécessitant alors une aide auditive. Avant toute action, la détermination du type de surdité est importante pour une bonne prise en charge.

Souvent de forme réversible, la surdité de transmission concerne l’oreille externe et moyenne, avec une mauvaise transmission des ondes (fréquences graves). L’individu perçoit avec une certaine gêne les voix des autres.

Impliquant l’oreille interne ou le nerf auditif, la surdité de perception est une forme plus grave, pouvant conduire à une surdité totale. Dans ce cas, les sons sont mal transmis en influx nerveux, ou ne sont pas bien décodés par le cortex cérébral. La surdité mixte, quant à elle, réunit les deux formes de surdité. Il existe, cependant, d’autres types d’affections auditives. Sifflements ou bourdonnements d’oreilles, les acouphènes sont des troubles de l’audition, généralement temporaires. Elles apparaissent suite à une exposition à des volumes de sons très élevés (concert, atterrissage d’avion). Il y a aussi l’hyperacousie, se traduisant par une perception des sons supérieur à la normale, très incommodant au quotidien.

Comment traiter les problèmes auditifs ?

La prise en charge des troubles de l’audition commence avec les tests de détermination de la nature et de l’ampleur du problème. En consultant un audiologiste, celui-ci commencera par questionner son patient, pour identifier l’origine des troubles. L’un des premiers examens se fait à l’otoscope, pour repérer la présence d’éventuelles lésions du tympan. À cela pourraient suivre d’autres types d’examens, pour tester globalement les capacités auditives. Le praticien pratique en premier lieu une audiométrie tonale liminaire, pour évaluer les capacités auditives. Suivra l’impédancemétrie, pour mesurer la perceptibilité de sons purs et évaluer l’état de fonctionnement de la cavité interne de l’oreille. Poursuivant ses examens, l’audiologiste pratiquera aussi une audiométrie vocale. Il s’agira de tester la capacité du patient à capter les paroles et d’évaluer la fonctionnalité du nerf auditif. La tympanométrie est le dernier examen, pratiqué pour déterminer la mobilité du tympan et l’état de l’oreille moyenne. Les résultats de l’ensemble de ces examens sont présentés sur un audiogramme. Ce qui permet de déterminer l’intensité de l’affection auditive et de se prononcer sur la nécessité de prescrire ou non un appareil auditif. Le cas échéant, votre audiologiste vous orientera vers un audioprothésiste, comme http://www.grandaudition.com.

Celui-ci est le spécialiste capable de déterminer quelle aide auditive il faut, de réaliser une empreinte de l’oreille, de confectionner l’appareil et ensuite de le régler.

Related Posts

Comments are closed.