Infos pratiques
Quels sont les risques de mortalité du cancer ?

Quels sont les risques de mortalité du cancer ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi que les cancers figurent parmi les principales causes de mortalité et de morbidité dans le monde. Chaque année plus de 1,7 million de personnes meurent d’un cancer en Europe dont 148 000 en France. Et le nombre de nouvelles personnes atteintes par une maladie cancéreuse devrait augmenter de 70 % durant ces deux prochaines décennies. Mais derrière ces chiffres, de quels risques s’agit-il ? Ces statistiques ne sont-elles pas à relativiser ?

Taux de mortalité et de survie

Les risques de mortalité et de survie du cancer peuvent être évalués et correspondre à un taux de mortalité et de survie pronostiqué et qui va dépendre :

  • Des caractéristiques du patient (âge, sexe, antécédents médicaux, hygiène de vie)
  • Du dépistage du cancer (plus le dépistage de la maladie est précoce, mieux il sera soigné et donnera de grandes chances de guérison)
  • De la localisation de la zone atteinte (certains cancers comme le cancer de la prostate a un pronostic de guérison plus favorable que celui du pancréas)
  • De la nature et du nombre des tumeurs (tumeurs bénignes, métastases)
  • Des traitements employés pour traiter le cancer (radiothérapie, chimiothérapie, chirurgie)

Voici quelques chiffres clés :

(Source : les cancers en France en 2015, INCA

  • 385 000 nouveaux cas de cancers estimés en 2015 en France métropolitaine
  • 211 000 nouveaux cas chez les hommes
  • 174 000 nouveaux cas chez les femmes
  • 149 500 décès par cancers estimés en 2015
  • 84 100 chez les hommes
  • 65 400 chez les femmes
  • 3 millions de personnes ont survécu à un cancer.
  • 43 000 patients sont inclus dans des essais cliniques

homme

femme

 

cancer

Taux de survie relative à 5 ans ; Source : Institut Nationale du Cancer ; www.e-cancer.fr/content/download/96009/1022035/file/RAPSURVIE10.pdf

Des pronostics à relativiser

Il convient également de rappeler que :

  • ces taux sont donnés à titre indicatif. Ces statistiques ne peuvent aucunement déterminer l’évolution des types de tumeurs causant le cancer
  • les chiffres établis varient selon les types de maladie et des stades plus ou moins avancé du cancer
  • les résultats sont souvent obsolètes au regard des progrès réalisés dans le dépistage et les traitements

Afin de mieux cerner les risques de mortalité du cancer lié aux maladies digestives et plus particulièrement de la glande surrénale, des colloques de recherche sont organisés par l’Association « ESPOIRE »(EnSemble Pour l’Innovation et la REcherche). Le président et professeur Bertrand Dousset a mis en place les « journées ESPOIRE », à raison d’une tous les deux ans, à l’hôpital Cochin. La dernière portait sur l’état de la recherche en  « chirurgie surrénalienne ».Lors de ces journées, c’est l’occasion unique pour les spécialistes des maladies digestives d’échanger autour  des pathologies endocriniennes.

Related Posts

Comments are closed.