Chirurgie esthétique
Reprise d’une activité sportive et chirurgie esthétique

Reprise d’une activité sportive et chirurgie esthétique

La chirurgie esthétique et réparatrice est, sans doute, l’une des branches de la médecine les plus en vogue de nos jours, un avènement catalysé par les progrès de la technologie médicale ainsi que le développement de l’infrastructure médicale et l’amélioration des conditions de vie. Cet engouement pour la chirurgie esthétique et réparatrice s’explique par la dégradation de l’hygiène de vie, le stress, le vieillissement et la vulgarisation des médias sociaux qui véhiculent, désormais, les nouvelles tendances impactant, d’une manière drastique, le comportement social des personnes qui souffrent à cause des imperfections cutanées et morphologiques qui risquent de survenir à n’importe quel âge.

Chirurgie esthétique : de nombreuses solutions pour tous types d’imperfections

Aujourd’hui, il suffit de visiter n’importe quel site web d’un chirurgien spécialisée en chirurgie esthétique pour constater l’ampleur des progrès spectaculaires qu’a connu cette branche de la médecine qui fut pendant longtemps réservée aux riches et aux victimes de déformations sévères. Cette vulgarisation de la chirurgie esthétique a permis de faciliter l’accès à l’information et aux dizaines de solutions innovatrices pour le traitement des imperfections cutanées et morphologiques :

  • La chirurgie du corps : elle inclut l’abdominoplastie, la chirurgie des seins (réduction et augmentation mammaire), la chirurgie des jambes (cuisses, hanches, mollets, genoux et chevilles), la chirurgie des fesses (augmentation grâce aux implants ou le lipofilling) et enfin la liposuccion qui permet de sculpter, d’affiner et d’harmoniser la silhouette selon la morphologie du patient.
  • La chirurgie du visage : Elle inclut le traitement des rides, des cicatrices et des imperfections cutanées telles que l’acné, la rhinoplastie (chirurgie du nez), l’otoplastie (chirurgie des oreilles), la chirurgie des paupières et des yeux (blépharoplastie), la chirurgie des joues et des pommettes et enfin la chirurgie capillaire.

Bien que la liste ne soit pas exhaustive, cette multitude de solutions diffèrent selon l’envergure et les objectifs du patient et peuvent nécessiter le recours à des opérations chirurgicales invasives et ce, malgré les progrès spectaculaires qui ont marqué ces interventions.

Les suites post-opératoires et leurs impacts sur la vie quotidienne

Comme pour tout acte chirurgical, une période de convalescence est prescrite pour garantir une bonne cicatrisation et durant cette phase, le sport est, généralement, prohibé pendant une certaine période qui peut osciller entre 4 et 6 semaines selon le type et l’envergure de l’intervention réalisée. De plus, l’adoption un régime alimentaire strict ainsi que la prise de certains médicaments (antalgiques ou/et antibiotiques) peuvent être envisagés afin d’optimiser le résultat de l’intervention chirurgicale et minimiser les risques de complications qui sont rares, certes, mais possibles.

Quelles sont les interventions qui nécessitent l’arrêt complet du sport ?

La phase de repos est vitale pour garantir la réussite de tout type d’intervention chirurgicale et la chirurgie esthétique n’échappe pas à la règle. À ce titre, certaines interventions s’inscrivant dans le cadre de la chirurgie esthétique peuvent impliquer l’arrêt complet de toute activité sportive. En effet, après une liposuccion, une abdominoplastie ou une augmentation/réduction mammaire, la peau, les tissus profonds et dans certains cas, même les muscles, impliquent un repos total pour optimiser la cicatrisation. De plus, le sport implique parfois, la réalisation de mouvements plus ou moins brusques qui sont capables de ralentir le processus de la cicatrisation et augmenter, par conséquent, le risque de rouvrir une plaie qui n’a pas encore cicatrisé. Enfin, tout acte chirurgical est susceptible de fragiliser l’organisme d’où la nécessité d’offrir au corps le temps nécessaire pour se rétablir.

Pour résumer, voici la liste des interventions qui impliquent un arrêt total de toute activité sportive peu importe son intensité et ce, pendant au moins 1 ou 2 mois (selon les cas) :

  • La chirurgie du corps et de la silhouette (liposuccion, lipofilling, pose d’implants).
  • La chirurgie mammaire.
  • Le lifting facial et corporel.

Il est a noté que certaines interventions telles que l’abdominoplastie peuvent nécessiter entre 2 et 3 mois d’arrêt avec la possibilité de reprendre quelques activités sportives légères telles que la marche ou la natation douce en piscine à un rythme gradué.

Les reprise du sport est envisageable suite à certaines interventions ?

Des interventions moins invasives telles que les injections de botox, d’acide hyaluronique ou les traitements au laser ne nécessitent pas, forcément, un arrêt complet de l’activité sportive mais peuvent impliquer le respect d’un certain nombre de précautions telles que l’exposition au soleil ou l’eau de mer. D’une autre part, et contrairement aux idées reçues, certaines interventions telles que la rhinoplastie nécessitent l’arrêt des activités sportives jugées trop intenses (les sports de combat par exemple).

Quels sont les risques d’une reprise précoce d’activité sportive?

La reprise précoce du sport peut causer des troubles graves de la cicatrisation allant jusqu’à son freinage avec la possibilité de la formation d’œdèmes ou d’hématomes. Il est à noter que la cicatrice peut s’élargir ou gonfler suite à une activité physique intense et cela peut même, compromettre les résultats de l’intervention. En effet, dans certains cas, le recours à une nouvelle intervention chirurgicale est envisagé pour corriger et pallier les séquelles d’une reprise précoce du sport.

Le sport, l’allié ultime pour pérenniser les résultats de la chirurgie esthétique

Paradoxalement, le sport est préconisé pour pérenniser les résultats obtenus suite à des interventions chirurgicales relatives à la silhouette telle que l’abdominoplastie, la liposuccion ou le lipofilling. En effet, après un séjour de convalescence qui garantit une cicatrisation optimale et suite à l’accord du médecin traitant, le sport est préconisé pour optimiser et pérenniser les résultats de l’intervention. Cependant, il est nécessaire de consulter l’avis du médecin sur la façon avec laquelle il faut reprendre le sport après un longue période d’arrêt, car il faut rester à l’écoute de son corps.

La reprise d’une activité sportive après la période de repos post-opératoire doit être régie par un entraînement progressif et adapté à chaque cas où il faut mobiliser les muscles d’une manière progressive. Ceci dit, en cas de douleurs ou de sensations de gêne, il crucial d’informer le médecin traitant et d’arrêter, immédiatement, l’activité sportive et envisager une seconde période de repos.

Related Posts

Comments are closed.