Infos pratiques
Que sont les infections nosocomiales et comment les éviter

Que sont les infections nosocomiales et comment les éviter

Tous les ans, on recense en moyenne 4 000 personnes qui décèdent suite aux infections causées par les maladies nosocomiales. Bien qu’elles soient très peu connues par le public, ces intoxications infectent près de 750 000 sujets lors d’un passage dans un cabinet médical ou dans un hôpital. En rappel, les intoxications nosocomiales sont liées aux soins. Les causes sont multiples et peuvent venir soit des patients, de l’environnement hospitalier ou le personnel soignant. Les bactéries, champignons ou virus proviennent eux des équipements hospitaliers mal entretenus ou mal lavés. Voici quelques méthodes pour éviter ce type d’infection.

Préférer une hospitalisation en journée ou à domicile

La seule solution pour éviter l’infection nosocomiale est de ne pas séjourner dans un hôpital. L’établissement de santé accueille de nombreux malades et par conséquent sont plus exposés à des germes. Si votre situation ne présente pas d’urgence pour aller à l’hôpital, il est préférable de recevoir vos soins à domicile. C’est par exemple le cas pour la majorité des patients atteints de cataracte chez les seniors qui sollicitent une opération.

La maison n’élimine pas les microbes, mais grâce à un ménage général avant l’opération, un lavage correct des mains et une parfaite aération, cela élimine de nombreux germes résistants aux antibiotiques. De plus en plus de malades victimes de cancers, de diabète ou de maladies neurologiques préfèrent cette méthode de traitement : 8000 en ont bénéficié en 2008 et la tendance devrait doubler dans les années à venir.

L’aspect général de l’hygiène

À partir d’une consultation dans le centre hospitalier ou lors d’une visite préanesthésique, vous pouvez évaluer l’état de l’hygiène en observant la cafétéria, les toilettes, ou le hall d’accueil. Si ces endroits sont nets, clairs et propres, vous pouvez suivre vos soins sans problèmes. Vous pouvez aussi regarder l’état des chambres. Le mieux pour un patient est d’avoir une chambre personnelle avec douche et toilette privée afin d’éliminer la promiscuité qui véhicule la propagation des microbes. Il faut également s’assurer de la présence d’une solution hydroalcoolique pour que le médecin puisse laver les mains avant les soins.

Vous pouvez aussi prendre des informations auprès d’un malade rencontré au hall. Y a-t-il suffisamment du personnel au sein de l’hôpital ? La disposition du mobilier est-elle correcte ? Les responsables médicaux ont-ils des cheveux couverts et attachés ? Portent-ils des vêtements à manches courtes ou des blouses ? Y a-t-il une note de service qui proscrit le port des accessoires inutiles comme les bijoux, les cravates, objets de nids à microbes ? Que des règles d’hygiènes fondamentales qui déterminent le sérieux des soins d’une formation sanitaire à une autre !

Mettre de l’ordre dans la chambre d’hospitalisation

Une fois installé dans votre chambre, il est important de désinfecter la télécommande de la télé et votre téléphone, car rares sont les personnels de nettoyages qui pensent à le faire. Rangez vos affaires à distance à distance respectable du lit, en veillant à ce que la table de chevet reste libre pour permettre à l’air de circuler. Évitez de stocker les aliments, ou de manger sur le lit plutôt que sur la table à chaque fois que c’est possible. Si la propreté est à refaire, n’hésitez pas à interpeller le personnel de l’hôpital. De la poussière en trop est un signe négatif qu’il faut combattre.

Quand les visiteurs viennent vous rendre visite, prenez la peine de les aider à respecter les règles d’hygiènes ! Par exemple, évitez de rendre visite à un malade si on est porteur d’un rhume ou d’une infection contagieuse. C’est un énorme danger pour les patients. Il est préférable de prendre votre douche à la maison avant le départ pour un établissement de santé, et emportez des chaussures et des vêtements propres.

Related Posts

Comments are closed.