Infos pratiques
Les statines et le cholestérol

Les statines et le cholestérol

Le cholestérol est-il vraiment l’ennemi à abattre ? Faut-il utiliser les fameuses statines, ces médicaments qui font polémique?

Est-il vraiment dangereux ?

Brigitte-Fanny Cohen, chroniqueuse santé nous explique que, dans un ouvrage qui vient de paraître, un nutritionniste fait le point sur cette question et sur la thématique des graisses en général. Rappelons que le cholestérol est une molécule vitale, c’est-à-dire dont le corps a besoin pour fonctionner et une molécule que le corps fabrique d’ailleurs et que nous consommons au cours de l’alimentation. La molécule du cholestérol comme présentée par Jean-Michel Cohen joue un rôle dans la paroi des artères, elle sert à cimenter en quelque sorte les cellules et à leur donner une certaine force et une certaine souplesse.

Le problème c’est l’excès de cholestérol : il ne faut pas en avoir trop au mauvais endroit car il peut alors devenir un facteur de risque d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral (AVC). Mais il faut toutefois rappeler qu’il y a d’autres facteurs de risques de maladies cardio-vasculaires : l’hypertension, le tabagisme, l’obésité, l’inflammation des artères, la capacité de certaines cellules du sang de se coller les unes aux autres et de former des caillots sanguins.

Historiquement, le cholestérol était facile à doser et ça n’est pas très cher à doser par une analyse de sang. A cause de ces raisons historiques, on en a fait un coupable idéal en minimisant peut-être les autres facteurs de risque évoqués précédemment.

L’industrie pharmaceutique a par conséquent mis au point les médicaments pour lutter contre l’excès de cholestérol. Cependant certains d’entre eux peuvent avoir des effets secondaires et font polémique, ce sont les statines. Il faut alors se demander pour qui le cholestérol représente vraiment un danger.

 

Qui sont les personnes les plus à risque ?

Les individus les plus à risque par rapport au cholestérol sont des personnes atteintes d’hypercholestérolémie familiale, une maladie génétique qui les empêche d’éliminer tout excès de cholestérol. Donc pour ceux-là clairement il faut éviter les excès. En effet, le danger pour ces personnes, c’est d’avoir des maladies cardio-vasculaires très jeunes avec des records d’âge d’infarctus voire même dès l’enfance.

Pour ces personnes atteintes de cette maladie génétique, les statines sont vitales. Elles ont été découvertes et mises au point pour elles. Il est par ailleurs nécessaire que ces personnes à risque ne consomment pas trop de cholestérol puisque ne sachant pas l’éliminer, elles ne doivent pas en avoir en excès par l’alimentation.

Séniors et cholestérol

Pour toutes les autres personnes, le cholestérol reste un facteur de risque mais parmi tant d’autres. En particulier pour les personnes de plus de 75 ans, le lien entre la cholestérolémie et le risque cardio-vasculaire devient très faible. Par exemple les personnes qui ont le cholestérol le plus élevé ont également l’espérance de vie la plus élevée selon certaines études, aussi étonnant que cela puisse sembler.

C’est bien dans le groupe des plus de 75 ans que la remise en cause des statines paraît la plus justifiée car les bénéfices ne semblent pas au rendez-vous suivant les études modernes. De plus, les effets secondaires tels que les douleurs musculaires sont quand même très présents. Il y a donc là sans doute une belle remise en cause à faire.

cholesterol

Pour les personnes saines

Pour toutes les personnes ne souffrant pas d’hypercholestérolémie familiale, les approches sont hygiéno-diététiques c’est-à-dire que le fait de faire de l’exercice physique fait baisser le taux de cholestérol. Pourquoi? Tout simplement car le cholestérol reste le marqueur d’un déséquilibre entre l’énergie que l’on consomme et celle que l’on dépense. Comme le cholestérol circule partout et qu’en plus il est poisseux et collant, il colle dans les artères et participe à la formation de plaques.

Approche diététique

Avant de privilégier ou d’éviter certains aliments comme le font les nutritionnistes tels que Jean-Michel Cohen, il faut bien considérer que c’est l’excès de calories qui fait monter le taux de cholestérol dans le sang. Cet excès de calories provient des graisses et des sucres. Ces derniers, en excès, s’ils ne sont pas brûlés par un effort physique, se transformeront en graisse et en particulier en cholestérol. Il fait donc ajuster son apport calorique à ses dépenses.

Et pour beaucoup, qui ne se dépensent pas assez (dans le cadre d’un travail sédentaire par exemple), cela correspond à devoir manger moins. Un concept que reprend le docteur Jean-Michel Cohen ainsi que d’autres nutritionnistes célèbres à travers leurs différents types de régimes hypocaloriques.

Les aliments à éviter

Les personnes souffrant de la maladie génétique devront éviter les œufs riches en cholestérol. Pour ceux n’ayant pas cette maladie génétique, il ne faut pas stigmatiser les œufs ou le beurre. Il suffit de manger moins de graisses, moins de sucre et faire plus d’activité physique.

 

Related Posts

Comments are closed.