Infos pratiques
Femmes enceintes : tout sur le sevrage tabagique

Femmes enceintes : tout sur le sevrage tabagique

Le tabagisme maternel, durant la grossesse, est un facteur de risque pouvant engendrer des anomalies au niveau de la croissance fœtale ou des fausses-couches. Zoom sur le sevrage tabagique chez la femme enceinte.

Les différentes méthodes pour arrêter de fumer quand on est enceinte

Il existe différentes méthodes que la femme enceinte, « accro » à la nicotine, peut adopter pour arrêter la cigarette. Vous trouverez, par ailleurs, divers traitements efficaces favorisant l’arrêt tabac en suivant ce lien https://www.illicopharma.com/294-arret-du-tabac. Le recours à une sage-femme tabacologue est l’une des méthodes les plus recommandées. En effet, cette spécialiste de la naissance saura redonner confiance aux futures mamans qui culpabilisent et rassurer les plus angoissées, en mesurant le degré d’intoxication via un analyseur de monoxyde de carbone. A partir de là, elle établira un bilan psycho-comportemental et physique afin de pouvoir prescrire les substituts nicotiniques adéquats.

L’acupuncture, issu de la médecine chinoise ancestrale, est également considérée comme une aide pour les futures mamans manquant de motivation. Il suffit de poser des aiguilles fines sur des points bien spécifiques du corps, dont les poignets, le nez, les oreilles et le haut du ventre pour inciter la femme enceinte au sevrage tabagique. L’acupuncture tient également compte de l’agressivité de la future mère, de son anxiété ou de sa nervosité. La thérapie cognitive et comportementale ou TCC est une autre solution consistant à décortiquer les habitudes de la fumeuse. La femme enceinte devra ainsi tenir un journal de bord, où elle notera chaque moment où elle fume, la circonstance, la raison et le plaisir ressenti. Ensuite, le thérapeute va lui demander de modifier les règles et de dissocier du reste, l’envie de cigarette.

Bien comprendre les risques du tabagisme sur le bébé peut aider

Plus d’une future maman sur 5 fume pendant sa grossesse, ce qui correspond ainsi à plus de 180 000 nourrissons intoxiqués in utero. L’augmentation de la fréquence d’un grand nombre de maladies liées à la grossesse est le premier effet néfaste du tabac sur un fœtus. En effet, le risque de grossesse extra-utérine est optimal chez la femme fumeuse. Plus la consommation est élevée, plus le risque est important. Le deuxième effet délétère du tabagisme durant la grossesse est le risque de fausse-couche spontanée. Ainsi, chez les grandes fumeuses, comptabilisant au minimum 20 cigarettes au quotidien, ce risque atteint 20 % contre 10 % chez les femmes non-fumeuses. Le tabac augmente aussi le risque d’avoir un bébé prématuré à cause de la rupture prématurée au niveau des membranes. Cette rupture, avant un terme de 34 semaines, serait trois fois plus courante chez la femme fumeuse. L’hypertension artérielle gravidique est un autre risque majeur et aggravé pour la femme enceinte fumeuse. Le tabagisme maternel entraîne également un retard de croissance intra-utérin. En effet, la consommation de tabac, même à faible dose, peut avoir des conséquences néfastes sur le développement du fœtus. Le tabac réduit enfin la fréquence du rythme respiratoire fœtal, les mouvements fœtaux et la variabilité du rythme cardiaque fœtal, tout en augmentant la fréquence cardiaque.

Related Posts

Comments are closed.