Maman Enfant
Les femmes et les bébés avec leur assurance maladie

Les femmes et les bébés avec leur assurance maladie

Tout le monde doit avoir leur caisse assurance, y compris les femmes enceintes. Elles en ont d’ailleurs les plus besoins, vu les examens de contrôle à faire régulièrement (échographies, différents tests, analyse…), la naissance, la suivie et les conseils après la naissance… Or, aucune participation de la femme enceinte n’est requise, car tout est à la charge de l’assurance : ni franchise, ni quote-part, ni participation aux frais hospitaliers, quel que soit le montant, où que se déroule la naissance.

Complication et hospitalisation

Malheureusement, des complications peuvent survenir à partir de la treizième semaine de grossesse. Les coûts peuvent alors augmenter, mais l’assurance continue son rôle jusqu’à la fin. Pour des difficultés en dessous de ces mois, ce sera considéré comme une maladie et la participation au coût sera de mise. Les dépenses liées au cours de préparation à l’accouchement sont aussi assurées par l’assurance si et seulement si une ou plusieurs sages-femmes font partie des professeurs. Cela explique en partie l’état de la prime assurance maladie suisse 2018.

Il est également possible que l’hôpital dans lequel se trouve pas dans la liste de ceux qu’il y a dans la liste du canton. Dans ce cas, il serait mieux de vérifier si la couverture des coûts pour mieux se préparer et éviter les mauvaises surprises. Quoi qu’il en soit, les habitants de Genève, même les femmes, ont le privilège d’avoir le subside assurance maladie à Genève. En effet, c’est une ville un peu particulière.

Qu’en est-il des bébés

Les bébés, tout comme les adultes, doivent être assurée contra la maladie. Cela se fait même dès sa naissance. Vu qu’il n’est pas encore en mesure de s’en occuper lui-même, ce sera du recours de son représentant légal. Toutefois, un délai est à respecter, et donc avant 3 mois de sa naissance. Le service communal ou cantonal en informera d’ailleurs le concerné.

La caisse sera encore à choisir. Ce n’est pas forcément que les parents appartiennent déjà à une caisse que le bébé doive aussi les y rejoindre. Or, plusieurs sont les assureurs admis qui existent et il suffit d’en choisir un parmi eux. Les assureurs, quant à eux, doivent obligatoirement recueillir tout type de personnes, y compris les bébés.

En cas d’annonce tardive

Il arrive que certaines personnes ne respectent pas le délai de 3 mois qui leur est accordé. Cela veut-il dire que le bébé sera condamné à ne plus être assuré contre la maladie ? Ce n’est pas le cas. Seulement, il n’y aura aucune assurance maladie pour assurer les dépenses depuis la naissance. La couverture d’assurance ne débutera effectivement qu’à la date de l’affiliation. Par la suite, le bébé sera affilié d’office à une caisse quelconque.

Les assurances complémentaires

Les assurances de bases sont obligées de prendre un bébé sous leur aile, tandis que les assurances complémentaires n’y sont pas contraintes. Cela est dû à plusieurs raisons, y compris la présence de maladie chez l’enfant dès son premier jour. Une solution existe pour remédier à cela : il suffit d’inscrire le bébé à une assurance complémentaire avant même qu’il naisse. En effet, CMU et Lamal ont chacun leur façon à eux de travailler. Pour plus d’informations à leur sujet, il serait mieux de consulter l’assurance maladie frontalier en Suisse.

 

Related Posts

Comments are closed.