Infos pratiques
La e-cigarette mal perçue en France

La e-cigarette mal perçue en France

On a entendu à peu près tout et son contraire au sujet de la e-cigarette. Difficile dans ce cas de savoir démêler le vrai du faux.

Un secteur d’activité dominé par les lobbys du tabac?

Car il est vrai que les lobbys du tabac ont beaucoup de pouvoir. Il parait évident qu’ils ne voient pas d’un très bon œil la mode de la e-cigarette se développer. Certaines sources avancent même qu’ils influenceraient les politiciens.
Ils commanderaient aussi des études auprès de scientifiques et de laboratoires affiliés tendant à prouver que la cigarette électronique est dangereuse.
A ce jour, aucune preuve ne va en ce sens, même si on imagine que cela reste possible.

Des dangers méconnus?

Actuellement, il est difficile de se positionner sur la cigarette électronique. En positif comme en négatif. En effet, nous avons trop peu de recul sur ce produit pour en connaitre les dangers.
Néanmoins, depuis plusieurs années, les fabricants de e-cigarette et de e-liquide travaillent à offrir des produits de plus en plus sécurisés. De nouvelles formes de e-liquide se sont ainsi développées, comme le e-liquide bio, proposé par certains d’entre eux.

Une aide efficace contre le tabagisme

Une chose est sûre, on ne compte plus les témoignages d’anciens fumeurs étant parvenus à dire adieu au tabac en ayant utilisé la e-cigarette. D’ailleurs, ils parviennent ensuite à se libérer de ce substitut quelques mois après. Pour cela, la plupart optent pour une baisse progressive du taux de nicotine dans leur e-liquide. Cela permet de se détacher de l’addiction de manière progressive, sans en ressentir les manques de façon trop marquée.

Vers plus de souplesse envers la e-cigarette?

Il semblerait qu’il ne faille pas en attendre autant en France. Pour le moment, le gouvernement est plutôt sceptique à l’égard de la e-cigarette. Pourtant, en Grande-Bretagne, celle-ci est remboursée. A condition, évidemment, de s’en servir pour réellement se débarrasser de son passé de fumeur. Tout comme en France, celle-ci n’est pas destinée à servir de porte d’entrée au tabagisme, ni à séduire les adolescents. La vente leur est d’ailleurs refusée, tout comme dans l’hexagone.
En attendant de voir la cigarette électronique montrer patte blanche, il semble que celle-ci soit pointée du doigt par les autorités. Pourtant, ce mode de sevrage au tabagisme n’a plus à faire ses preuves, au regard du nombre d’ex-fumeurs ayant laissé tomber la cigarette au profit du vapotage.

Related Posts

Comments are closed.