Divers
Devenir aide-soignant : l’essentiel à savoir pour une carrière réussie

Devenir aide-soignant : l’essentiel à savoir pour une carrière réussie

Le domaine de la santé est l’un des secteurs-clés de la nation. Un budget spécifique lui est d’ailleurs alloué chaque année. Actuellement, on assiste à une forte croissance de la demande de services et produits dans cette branche particulière. Cette situation a un effet direct sur le marché du travail. De nombreux jeunes sont aujourd’hui intéressés par les métiers du médical qui, selon les statistiques, donnent accès à une carrière stable, mais surtout à un salaire largement intéressant. Celui d’aide-soignant figure parmi les plus prisés.

Comment se former au métier d’aide-soignant ?

Pour obtenir le statut d’aide-soignant, les jeunes vont être amenés à passer un concours d’admission. Cette étape sélective va permettre aux responsables d’évaluer leurs connaissances et leur capacité. Il n’existe aucune condition de diplôme pour accéder à ce test. Le seul critère important étant l’âge (17 ans minimum) du candidat. Les épreuves se dérouleront dans les différents centres répartis sur le territoire. Les étudiants vont passer une épreuve d’admissibilité et un test oral. S’il est admis, le futur aide-soignant suivra une formation d’un an qui est constituée de cours théoriques ainsi que de divers stages pratiques. Un diplôme d’État d’aide-soignant lui sera délivré à l’issue de cette période.

Actuellement, il existe une alternative à ce parcours académique. En effet, on peut aussi faire la formation en alternance ou par apprentissage. Cette solution permet aux jeunes d’accéder rapidement au métier d’aide-soignant. Et si la voie classique s’effectue au sein d’un IFAS (Institut de Formation d’Aides-Soignants), l’enseignement sera dispensé chez un CFA (Centre de Formation des Apprentis) dans ce cas-ci. Le rythme sera plus soutenu que chez les établissements habituels. Bien sûr, il est utile de s’assurer que l’institution est bien éligible et apte à fournir ce type de formation. La préparation par alternance est accessible aux jeunes de moins de 26 ans. La réussite au concours d’entrée IFAS est une condition indispensable. Et puis, l’idéal serait aussi que le candidat dispose d’un Brevet, d’un BEP (Carrières Sanitaire et Sociales) ou d’un CAP (sanitaire ou social).

En outre, les jeunes lycéens en classe de première ainsi que ceux qui se sont déjà initié au domaine médico-social (dans les centres hospitaliers ou autres) pendant plus de 2 ans sont admis. Si le candidat travaille déjà en tant qu’employé, un contrat d’apprentissage devra être signé par l’employeur. Les professionnels des CFA peuvent assister les jeunes dans cette tâche. Le statut de salarié sera maintenu. La formation par apprentissage sera une activité supplémentaire effectuée en amont qui ne devrait pas interférer avec les obligations professionnelles.

Un métier en pleine expansion

Selon les dernières statistiques, la branche paramédicale des aides-soignants fait partie des secteurs les plus pourvoyeurs d’emplois actuellement. En 2011, ils étaient plus de 350 000 spécialistes à œuvre sur le territoire (en France métropolitaine). Ce chiffre s’est accru de manière très significative pour atteindre actuellement la moitié de la population des professionnels de santé (plus de deux millions de nos jours). Plus de deux tiers des aides-soignants travaillent dans les établissements de santé publique. Bien sûr, ces chiffres n’incluent pas le « corps des aides-soignants » qui, il faut le préciser, intègrent les auxiliaires de puériculture et ceux dédiés aux services médico-psychologiques.

D’ici 2020, le métier d’aide-soignant affichera une création d’emplois de plus de 150 000 postes à son actif. Une performance remarquable comparée à celles des secteurs les plus dynamiques de l’économie. Les jeunes seront les plus concernés puisque des remplacements de départs de plus de 130 000 seront indispensables pour garder la cadence. Par ailleurs, le vieillissement de population ne fait qu’accroître la demande d’assistance et de soins. Une véritable aubaine pour ceux qui ont également décidé de se reconvertir à ce métier multitâche.

Les évolutions de carrière possibles

En plus d’une situation professionnelle stable et très rémunératrice, les aides-soignants peuvent également bénéficier de diverses évolutions de carrière. La réorientation la plus pratiquée étant celle vers les métiers infirmiers. Après une période d’exercice de 3 ans, le professionnel peut se présenter aux épreuves d’entrée à l’IFSI (Institut de formation en soins infirmiers). Le métier d’agent de chambre mortuaire est très peu connu, mais il demeure une option intéressante. Pour finir, les spécialisations dans le domaine de la petite enfance pour devenir auxiliaire de puériculture sont également à privilégier.

Related Posts

Comments are closed.