Maman Enfant
Comment punir un enfant sans donner de fessée

Comment punir un enfant sans donner de fessée

Pour ou contre la fessée ? La fessée tombe-t-elle toujours au bon moment, est-elle toujours justifiée ? A-t-elle réellement une quelconque valeur éducative ? Plusieurs études ont montré que la plupart du temps, quand la fessée tombe, c’est que l’adulte est énervé et n’est pas parvenu à se contrôler.

Faut-il donner une fessée à son enfant ?

Les enfants prennent exemple sur leur entourage. Or donner une fessée est une forme de violence. Si l’enfant voit que l’adulte fait usage de violence lorsqu’il est en colère, alors il aura tendance à reproduire ce même comportement si l’un de ses camarades le met en colère. Il vaut mieux leur apprendre à résoudre autrement un conflit, par la parole et la négociation par exemple.

Il en est de même de son comportement vis-à-vis de son petit frère ou de sa petite sœur : l’enfant doit apprendre qu’on ne doit pas user de sa supériorité physique sur un plus petit, et l’adulte doit lui en donner l’exemple.

Quelle est l’alternative à la fessée ?

C’est la question que toutes les mamans se posent. Je donne toujours quatre principes :
– Nourrir sa curiosité, éviter l’ennui.
– Faire diversion et appliquer le principe du « tu as vu » : « Tu ne peux pas toucher ce téléphone mais tu as le droit de jouer avec ça… »
– L’exclusion : si l’enfant est débordé par ses émotions, mettez-le à l’écart dans sa chambre par exemple. Et vous, prenez du temps pour vous.
– Enfin, quand vous êtes très fatiguée, que ces trois principes ne peuvent être appliqués, demandez de l’aide. A votre homme, à la famille, aux maisons de la parentalité… En Afrique on dit : « Il faut tout un village pour élever un enfant ».

Pourquoi il faut punir son enfant ?

« Il est impératif de poser des limites à son enfant. Je n’ai jamais vu un enfant traumatisé parce qu’il avait été puni », explique la psychologue. « En revanche, j’ai déjà vu des enfants qui étaient en quête de limite », avant d’ajouter : « Les parents ne doivent pas culpabiliser à l’idée de punir leur enfant. Un enfant impuni deviendra, par la suite, un adulte sans limite. Et l’on sait ce que cela peut engendrer… », conclut la psychologue.

Related Posts

Comments are closed.