Infos pratiques
Comment prévenir l’arthrose ?

Comment prévenir l’arthrose ?

En tant que maladie chronique, l’arthrose est source de douleurs articulaires qui peuvent altérer profondément la vie professionnelle, sociale et familiale du patient. Certains facteurs de risques comme le terrain génétique ou l’âge ne peuvent être mis de côté. Cependant, dans d’autres cas, l’apparition de l’arthrose peut être ralentie ou évitée.

1.      Les activités à éviter

Les microtraumatismes articulaires répétés sont un facteur de risque prégnant. On parle alors d’arthrose post-traumatique. Ainsi, certaines activités professionnelles peuvent favoriser l’apparition d’arthrose :

  • Le port de lourdes charges (ex : préparateur de commandes) qui mobilise fortement les articulations ;
  • Le travail à genoux ou accroupi (ex : carreleur), favorisant la gonarthrose ;
  • L’utilisation de matériel à vibrations (dans le BTP) : marteaux-piqueurs, burineurs.

La pratique de sports traumatiques peut aussi engendrer l’altération des articulations et mener à l’arthrose. C’est le cas pour :

  • L’arthrose de la hanche favorisée par la pratique intensive du football, du rugby et de la danse ;
  • L’arthrose digitale chez les judokas avec une sur-mobilisation des phalanges ;
  • L’arthrose du coude très présente chez les lanceurs de javelot par exemple ;
  • L’arthrose du pied chez les danseurs classiques en particulier.

Il est important de noter que, même en cas d’arthrose avérée, la pratique du sport doit être maintenue. Elle permet d’entretenir les articulations, de les lubrifier et de conserver une meilleure qualité de vie. La clé est d’avoir une pratique adaptée à votre rythme, aux recommandations de votre médecin et éloignée des phases de crise d’arthrose.

2.      Le traitement des traumatismes articulaires

Entorse, fracture… tout traumatisme articulaire grave peut à long terme favoriser l’apparition d’arthrose. La fracture osseuse, par exemple, se répare bien au niveau osseux. C’est ce que l’on constate sur les radios. En revanche, le cartilage ne récupère pas toujours totalement.

La lésion du cartilage peut encourager l’apparition d’arthrose au niveau du genou, de la cheville, des cervicales… En cas d’accident, aucun traumatisme articulaire ne doit être pris à la légère. Même une entorse, surtout si elle est mal soignée, pourra vous jouer des tours dans la durée.

3.      La perte de poids, facteur d’amélioration

L’obésité est reconnue comme un facteur de risque, surtout pour l’arthrose du genou, très répandue. Avec des kilos superflus, le risque de développer une arthrose du genou plus tard est davantage important. Avec un poids normal, vous réduisez le risque d’avoir de l’arthrose.

Si votre arthrose est déjà diagnostiquée, sachez que la perte de poids permet de diminuer les douleurs et d’estomper le risque d’aggravation de la maladie. Avec une perte de poids de 5 à 10%, la douleur et la gêne fonctionnelle peuvent être réduites de 25 à 30%.

Outre les articulations porteuses du genou, l’obésité favorise également l’arthrose des doigts. On attribue ce phénomène à de probables mécanismes inflammatoires. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin généraliste, votre kinésithérapeute ou votre rhumatologue, spécialisé dans les maladies du squelette entre autres.

Ainsi, avec une alimentation équilibrée et variée et une activité physique adaptée, vous ralentissez le mécanisme d’aggravation de l’arthrose ou son apparition.

 

Related Posts

Comments are closed.