Infos pratiques
Cancer du poumon : quand enlever la tumeur ?

Cancer du poumon : quand enlever la tumeur ?

Lorsque l’on a une petite lésion sur la partie inférieure du poumon gauche, sur le lobe inférieur et que cette lésion a toutes les caractéristiques d’un cancer du poumon, sans pour autant qu’on en ait pour l’instant la preuve, l’opération devient nécessaire.

Le retrait de la masse suspecte

Le premier temps de l’opération va donc consiste à retirer cette masse suspecte afin de la faire analyser et de déterminer s’il s’agit bien d’un cancer. Pour accéder au poumon, le chirurgien place des écarteurs. Ces derniers sont en tissus afin de limiter la pression sur les côtes et les douleurs post-opératoires, rappelle l’Institut Mutualiste Montsouris.

Dans certains cas, le poumon est noirci par le tabac. Le chirurgien se fraie alors un chemin jusqu’à la masse suspecte précédemment abordée. Une caméra implantée dans le corps du patient anesthésié permet de localiser la lésion. Le chirurgien isole la tumeur puis la découpe afin de la séparer du lobe pulmonaire. La masse est immédiatement envoyée au laboratoire pour y être analysée au microscope.

L’annonce des résultats

Seulement 20 minutes plus tard, les résultats sont annoncés : une lobectomie doit être effectuée. La lésion est donc bien cancéreuse et l’opération doit se poursuivre afin d’enlever la totalité du lobe inférieur gauche. Le chirurgien s’occupe alors de disséquer et d’ouvrir la séparation entre la partie supérieure de la partie inférieure du poumon qui donne accès aux vaisseaux et donc à l’artère et à la veine.

La section des branches artérielles

Pour séparer les deux lobes, le chirurgien doit d’abord couper les deux branches artérielles. Il vient de faire le tour d’une des branches artérielles qui va devoir être sectionnée. Il va alors venir appliquer une pince automatique qui permet de greffer et couper en même temps. Vient ensuite le tour de la veine pulmonaire ; les deux lobes ne sont plus liés entre eux que par les bronches qui vont aussi êtres sectionnées.

La lobectomie est anatomiquement faite, les trois éléments ont été sectionnés, l’artère, la veine et la bronche. L’équipe médicale va alors extraire la pièce. Le vide laissé par le lobe retiré va se remplir, l’anatomie va progressivement se réadapter.

Le diaphragme qui est le muscle qui sépare la cavité abdominale, la cavité thoracique, ce gros muscle respiratoire va remonter et le massif cardiaque dans lequel se situent le cœur mais aussi tous les vaisseaux va aussi lui se décaler pour faire en sorte de réoccuper et réorganiser toute la cavité thoracique.

Les deux grands principes de l’intervention dans le cancer du poumon

Cependant, l’opération n’est pas encore terminée. Le chirurgien nous rappelle que dans le cancer, l’intervention a deux principes : retirer la lésion mais aussi faire le curage ganglionaire c’est-à-dire l’ablactation des ganglions. Leur analyse permettra de déterminer si le cancer est resté localisé ou s’il s’est étendu à tout le poumon. Si c’est le cas, le patient devra suivre des séances de radiothérapie ou chimiothérapie. L’intervention aura duré seulement une heure trente, le patient lui devrait pouvoir rentrer chez lui d’ici deux à trois jours.

Related Posts

Comments are closed.